Deux leçons de communication politique sur twitter

La campagne électorale bat son plein en Belgique. C’est une sorte de blitz médiatique et politique, provoqué par la chute inattendue du gouvernement. Toutes les initiatives de communication des hommes politiques sont donc suspectées de n’être que des coups.

Dans ce contexte, Christos Doulkeridis vient de lancer son blog. On pourrait hâtivement taxer l’initiative d’opportuniste, même si le projet est dans les cartons depuis plusieurs mois. Avec quelques autres twittos, j’ai été invité jeudi dernier à discuter avec lui au sujet de sa communication sur le web et les réseaux sociaux. La discussion fut très intéressante pour plusieurs raisons. D’abord car les personnes présentes n’étaient pas là pour lui cirer les pompes. Ensuite car Doulkeridis est un type intelligent et qu’il est très intéressé par la communication chez Ecolo, le parti écologiste belge francophone.

Exemples de discussion sur twitter

Durant la conversation, on se remémorait en particulier un petit clash arrivé sur twitter un dimanche soir (ci-dessous). On voit que Doulkeridis réagit vivement à un message un peu limite (et inutilement méchant). Vous pouvez constater que l’incompréhension une fois dissipée, tout le monde a appris quelque chose sans perdre ni la face, ni son sang-froid.

Discussion avec Christos Doulkeridis

Un exemple complètement différent avec Rudy Demotte, ministre-président de la Région wallonne (3,5 millions d’habitants, quand même). J’ai plutôt de l’estime pour les qualités intellectuelles et morales de Rudy Demotte mais je dois avouer que son comportement sur twitter est assez mauvais, voire contre-productif.

Rudy Demotte se lâche sur twitter

On voit qu’une simple remarque, un peu sévère peut-être, déclenche une série de tweets particulièrement nulle de la part de l’ami Rudy. J’avoue que j’ai pris ensuite un malin plaisir à l’allumer avec mauvaise foi. Il fallait parler plus gentiment à Yann. 😉

Quelles leçons en tirer ?

La première et plus importante leçon, c’est qu’il convient pour un personnage public de garder son sang-froid. Qu’on soit sur twitter ou un plateau de télévision, il faut éviter de s’énerver car celui qui crie a toujours tort.

Deuxièmement, contrairement à la télévision, on peut choisir son adversaire, sa conversation et à qui on répond. Il vaut mieux passer les controverses stériles et participer aux conversations constructives.

Troisièmement, si on passe son temps sur les réseaux sociaux, on finit par établir une relation de confiance basée sur le contexte ou la personnalité des interlocuteurs. Si Doulkeridis avait lu au fur et à mesure les tweets de son interlocutrice, il aurait bien vu que c’était une petite pique humoristique (ou du moins inoffensive). Si Demotte avait pris la peine de lire un peu mieux son interlocuteur, il aurait sans doute remarquer que c’était un conseil de communication (qui venait d’un professionnel, d’ailleurs) plutôt qu’une attaque gratuite.

Quatrièmement, l’engagement sur twitter prend du temps. Je ne suis pas convaincu que ce medium soit pertinent pour un homme politique, surtout en campagne. Demotte reconnait lui-même qu’il est plus à l’aise sur Facebook. J’ai entendu la même remarque de Doulkeridis.

Finalement, sur twitter, « la Mecque des réseaux sociaux », comme sur les réseaux sociaux en général, les utilisateurs cherchent soit un vrai talent de plume, soit un minimum d’authenticité. Bombarder sa timeline de photos de campagne pour affirmer, une fois qu’on vous le fait remarquer, que vous n’êtes « pas un stratège obsédé par des calculs électoraux », c’est un peu prendre les gens pour des imbéciles. C’est donc rigoureusement à éviter.

EDIT : Sur la manière de sélectionner ses adversaires à la télévision, vous pouvez consulter le très bon billet de Paminaaah à ce sujet. Décidément, sur twitter, il n’est pas toujours simple de répondre aux questions…

Publicités

11 commentaires

  1. Pingback: Tweets that mention Deux leçons de communication politique sur twitter -- Topsy.com
  2. Meuleman François · mai 31, 2010

    Le 16 juin se tient une conférence débat à Gosselies (point centre). J’aurais aimé que vous puissiez participer à la table ronde sur le web politique au coté de Mateusz.

    Mes coordonnées: François 04** *** ***

    Programme

    Voici le programme diffusé
    2ème rendez-vous du WEB Non-Marchand
    En lutte pour un monde meilleur, le WEB peut-il servir nos causes ?

    14H : Philippe Hensmans, Directeur d’Amnesty International, « Déranger, surprendre et expliquer, le Buzz à l’attaque des opinions publiques et des gouvernements »
    14H30’ : Echange avec le public

    14H45 : David Morelli, Chargé de communication de la ligue des droits de l’homme, « Exemples de campagnes web qui ont inversé des politiques et/ou des décisions in-humanistes »
    15H15’ : Echange avec le public

    15H30’ : Olivier Archambeau, Chargé de communication, les Guides de Belgique, « Facebook, SMS et mails comme outils de mobilisation : exemples et méthodes »
    15H45’: Echange avec le public

    16h- 16H20 : Café

    16H20’ : Les outils et méthodes de sensibilisation et de mobilisation du non-marchand peuvent-ils servir les politiques ? Quelles limites entre mobilisation et e-manipulation ?

    Intervenants : D. Moreli, P Hensmans, et O Archambeau, face à S. Reinders, bloggeur pour le PS, M Kulkulka, bloggeur pour le parti Ecolo.

    Modérateur : François MEULEMAN

    J'aime

    • Franc belge · mai 31, 2010

      Je vous contacte au plus vite. (j’ai pris la liberté de masquer votre numéro de téléphone)

      J'aime

  3. Monique · mai 31, 2010

    Bonjour,

    Ce sera sans doute pour la campagne suivante, mais la réaction de Rudy Demotte à la publication de l’analyse de @tetedeliste est encourageante : https://twitter.com/demotterudy/status/15099543719

    Amicalement,
    Monique

    J'aime

  4. JKB · mai 31, 2010

    Pour être tout à fait honnête, tu devrais admettre que quand il s’agit de Yann tu n’es peut-être pas absolument objectif :p

    J'aime

    • Franc belge · mai 31, 2010

      Je le dis à demi-mot dans le billet. Mais je le reconnais. Mais même sans ça, la réponse est à chier, non ? [je répète que j’ai plutôt une bonne opinion de Demotte. c’est donc de la réelle déception. mais ça veut juste dire qu’il est pas super à l’aise sur twitter. ça n’en fait pas un mauvais homme politique pour autant]

      et oui, concernant Yann, je suis pas super objectif. 😉

      J'aime

      • JKB · mai 31, 2010

        Ah oui clairement c’est une réponse à chier, ça sent l’enfant vexé presque. En fait, je pense que Rudy Demotte est coupable de ne pas avoir assez lurké pour sentir l’ambiance et les codes tacites de Twitter avant d’y participer activement.

        J'aime

  5. Himad · mai 31, 2010

    « Deuxièmement, contrairement à la télévision, on peut choisir son adversaire, sa conversation et à qui on répond. » C’est pas tout à fait vrai… 🙂

    J'aime

  6. Kitt67 · mai 31, 2010

    Rassure toi en France c’est pareil voir pire ^_^

    J'aime

  7. Pingback: Twitter et politiciens | 22 Minutes et des poussières

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s