La dérisoire effervescence des comprimés

En l’occurrence, l’effervescence vient du très dispensable Jean-Marc Morandini. Le con primé en question n’aime pas qu’on critique son travail. Lui, il a le droit, mais pas un misérable blogueur même pas journaliste.

Journaliste ? N’est-ce pas une insulte, plutôt ? La profession devrait faire honte ; on ne devrait la révéler que le rouge au front et l’œil baissé. Orthographe approximative, syntaxe bancale, énoncé des faits lacunaire, raisonnement à l’emporte-pièce : ils sont nombreux, les errements de cette profession. Ceux qui veulent vraiment parler moche et penser mal peuvent continuer à lire la presse et regarder la télévision. Moi, j’essaye d’arrêter.

Le titre vient d’un excellent album de Boucq.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s