C'est l'heure du bilan

La semaine fut riche, très riche.

Lundi. Émission en direct du Caméo pour le FIFF. Fred et Yves ont parlé du cinéma québécois. J’ai fait une courte apparition au micro pour dire des bêtises et c’était déjà fini…

La « crise » (de nerfs) financière affole les ministères et les banques centrales. Les libéraux orthodoxes se cachent pour mourir.

Mardi. On chante des chants scouts.

Mercredi. Travail tard le soir. On fait pas un métier facile, hein ?

Jeudi. Dernière émission en direct. Chanson live de Lucka. Interview de John Barbu.

On parle du concert spécial « nouvelle fréquence » de RUN au Belvédère.

Vendredi. Drum’n bass, dubstep, électro… Si tu comprends pas, c’est que t’es un peu trop vieux.

Quatre heures du matin. Superbe live électro. Cerise. Gateau.

Un peu de verre brisé et une excellente soirée.

Et demain ? Demain ! Émission d’Homosphère consacrée à l’élection présidentielle américaine, en présence du plus américanophile de mes colocs. Je ne pense pas qu’on dise beaucoup de bien de Sarah Palin.

Terminons sur une note musicale et humouristique.

C’est nul, mais nul…

Festival International du Film Francophone de Namur

La RUN émettra en direct du cinéma Caméo de 19h30 à 21h à partir de demain et jusque jeudi prochain. On y parlera presqu’exclusivement de cinéma, durant le Festival International du Film Francophone qui se déroule à Namur.

Vous m’entendrez donc causer dans le poste de samedi à lundi ainsi que jeudi, quand je ne chipote pas avec la table de mixage. C’est aussi l’occasion de me gaver de courts métrages au point de saigner du nez. Joie, bonheur !

Si je ne suis pas mort d’épuisement, je ferai un petit sujet ce weekend au milieu des festivaliers, histoire de prendre la température. Et puisqu’un bonheur ne vient jamais seul, signalons aussi le festival RUN au Belvédère du 3 et 4 octobre prochains, pour célébrer en fanfare le passage à notre nouvelle fréquence, une fréquence qu’elle est mieux, qu’elle est plus belle, qu’elle a le poil brillant et la truffe humide. Si, si…

Attachez vos ceintures

Samedi matin. Je donne cours jusqu’à midi. J’ai une demi-heure pour photocopier ces énoncés mais l’imprimante et la photocopieuse conspirent contre moi. La loi de Murphy est implacable.

Samedi après-midi. Ce weekend, c’était la Grande Braderie de Lille, une occasion de plus de revoir les amis. Je file prendre mon train mais le voyage fut particulièrement catastrophique. On perd le pantographe, on change de train(s), on patiente longtemps sur un quai venteux. Heureusement, le temps n’était pas trop mal.

Le reste de la soirée fut essentiellement composé de bière, de frites, de moules et de blagues vaseuses sur ces dernières. On finit par regarder le pavé et boire de la vodka polonaise dans des verres givrés. Je dépasse le mur du çon avec une histoire d’éponge à foutre et une blague raciste du plus mauvais goût.

Dimanche. Je rentre mollement à la maison, en espérant que le voyage se déroule (pour une fois) sans encombre. Le contrôleur s’étonne que mon billet aller-retour soit poinçonné deux fois hier. Je lui fais remarquer qu’habitant à Namur et repartant de Lille ce dimanche, j’aurais difficilement pu tromper la si diligente et performante SNCB, ainsi que la vigilance de son personnel dont l’acuité intellectuelle est légendaire (ce qui veut dire qu’elle est plus fantastique que réelle, donc). J’ai calmé mes envies de meurtre en écoutant David Bowie.

Divers. L’épisode pilote d’un podcast qui promet : Bonjour Bonsoir (point be). Peut-être les 17 plus belles minutes de votre vie. Satisfait ou remboursé.

Ce soir. Homosphère sera consacrée au cinéma LGBT, et plus particulièrement à son évolution ses dernières années. Normalisation ? Banalisation ? Le cinéma militant a-t-il fini par imposer des thèmes, une vision au cinéma plus mainstream ? Olivier, de l’association La Lucarne, sera là pour nous en parler.

Pour le meilleur et pour le pire

J’ai fini de monter le dernier podcast d’Homosphère (facile). J’ai également mis à jour le site (misère). On va franchement changer le design… et passer sous WordPress. Ce sera mieux pour mes nerfs. Si vous avez des idées, faites moi signe.

Le sujet du 14 juillet (cocorico) était le mariage et les unions de couples de même sexe à travers le monde. Sujet passionnant qui n’est pas seulement une cause pour mili-tante, mais qui s’inscrit dans l’évolution de toute la société. Pour citer approximativement Georges dans l’émission : « alors que le mariage est en voie de disparition dans la société, les gays sont en quelque sorte en train de le réinventer, voire même de retourner à son sens et à ses pratiques originelles ». J’ai aussi parlé de la contractualisation du mariage et de la disparition de son caractère institutionnel. Voir le billet d’Eolas sur l’annulation du mariage de Lille dont je parle dans l’émission.

P.S. : c’était mon dépucelage radiophonique à la technique. Comme toutes les premières fois, pas inoubliable et des choses à améliorer. 🙂

Prochaine émission

Le sujet d’Homosphère ce soir : le mariage, les unions civiles et autres PACS à travers le monde. Nous ferons un petit état des lieux de l’avancement de ce droit fondamental dans les législations nationales, en Europe et ailleurs. On essaiera aussi d’aborder les enjeux et de souligner les difficultés fondamentales que posent la libéralisation du mariage aux couples de même sexe.

C’est ce soir sur la RUN (106.4 FM), de 19 h 30 à 20 h 30.

P.S. : et je serai sans doute à la technique ce soir. Pardon aux familles toussa…