Vingt regards : 6. Par lui tout a été fait

Joyeuses Pâques !

Pour fêter ça, voici une évocation de la Création par Messiaen : c’est une pièce d’une grande difficulté de la suite pour piano « Vingt regards sur l’Enfant Jésus ». La structure est complexe et difficile. Repérez surtout les « agrandissements asymétriques » de la main gauche, très caractéristiques. Une interprétation très puissante de Muraro, qui aurait pu jouer plus nuancé… mais c’est quand même impressionnant. Notons que la première partie est bien une fugue, voir d’ailleurs un billet très amusant sur ce sujet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s