L'ultime radio

Je me suis décidé à vivre avec mon temps. Je me suis inscrit sur Last.fm. Le site analyse vos goûts musicaux et vous propose des morceaux nouveaux correspondant. C’est une sorte de webradio personnalisée. Ils ont un logiciel qui vous permet de chercher dans leur catalogue et qui renvoie les titres que vous écoutez sur leur serveur pour enrichir votre profil.

Comme je voulais écouter la radio sans avoir à lancer ce gros bazar (l’application est très bien faite mais elle est un peu envahissante), j’ai donc bricolé un widget Last.fm pour Mac OS X. C’est de l’artisanal mais ça fonctionne… Le nom de la radio est dans le fichier HTML mais ce n’est pas très dur à changer. Les contrôles marchent mais il faut souvent cliquer plusieurs fois.

Publicités

Will it blend?

Une citation du général de Gaulle trouvée en commentaire d’un billet de Jean Quatremer. Je recopie une courte phrase ici :

« J’avais reçu une délégation de Wallons, bien décidée à préparer le rattachement. Elle m’avait expliqué que les Flamands étaient de plus en plus arrogants et finiraient par faire d’eux-mêmes sécession. C’est peut-être comme ça que ça finira. »

P.S. : « Will it blend? », c’est une série de vidéos très marrantes où un fabricant démontre l’efficacité de ses mixeurs (blender) avec des objets insolites, comme un baladeur numérique, une pied de biche ou une boîte de Bic. Le prochain sur la liste, c’est peut-être l’état fédéral…

Mince, il est temps…

Le mois d’août est déjà bien entamé. Je ne pensais pas avoir si peu de choses à raconter et si peu de temps pour l’écrire. Voilà justement que la moutarde me monte au nez :

Imaginez un pays merveilleux qui, tous les quatre ans, vote pour désigner des gens censés les représenter. Ces représentants vont ensuite passer trois mois à essayer de former un gouvernement alors qu’ils ne sont d’accord sur rien, perdant ainsi plus de 5% de la durée leur mandat en palabres sur des sujets sans intérêt. En effet, vous imaginez sans doute naïvement que les sujets de discorde sont d’une grande importance, qu’ils nécessitent un grande réflexion et que ces discussions sont nécessaires à la formation d’un consensus.

Détrompez-vous. Ce pays a inventé la méta-politique. Le seul et unique sujet de discussion, c’est — pour faire simple — la manière dont on va discuter.

Ces représentants n’ont en fait qu’une seule idée : les institutions. Fi du chômage, du développement économique, de la recherche scientifique et technologique, de la construction de l’Union Européenne, etc. Non, ces problèmes sont indignes d’un homme politique belge d’envergure nationale. Car vous l’avez sans doute deviné, ce beau pays, c’est la Belgique. L’envergure nationale, la hauteur de vue qu’exige le gouvernement fédéral, ne saurait se réduire à régler les problèmes des citoyens. Redessiner les arrondissements, ergoter sur la responsabilité de la gestion des immatriculations des véhicules, arranger les chaises sur le pont du Titanic, ça ! Avouez que ça a quand même plus de gueule…

Le gouvernement a démissionné le 10 juin. Depuis, il expédie les affaires courantes. Ça fait plus de deux mois.

P.S. : Voir à ce sujet le récent billet de Jean Quatremer

Toréador en garde

La corrida est une pratique barbare, que rien ne peut justifier.

  • La corrida n’a pas d’intérêt économique. Elle ne sert pas l’agriculture. Après tout, qui voudrait tuer un animal reproducteur, particulièrement s’il est sélectionné ?
  • La corrida n’a aucun intérêt culturel. Ce serait aussi stupide que de dire que les mutilations sexuelles (excision ou circoncision) sont une bonne chose parce que c’est « la culture ».
  • Finalement, la corrida est un spectacle dégoûtant, qui est censé procurer du plaisir à la vue d’un animal mis à mort de la manière la plus cruelle.

J’ai bien peur que la corrida soit indéfendable… sauf apparemment pour le BVP, qui trouve que les campagnes anti-corrida de la SPA sont trop violentes. C’est la corrida qui est violente, pas le message. Read More

Justice

« La justice humaine est […] pour moi ce qu’il y a de plus bouffon au monde ; un homme en jugeant un autre est un spectacle qui me ferait crever de rire, s’il ne me faisait pitié, et si je n’étais forcé maintenant d’étudier la série d’absurdités en vertu de quoi il le juge. Je ne vois rien de plus bête que le Droit, si ce n’est l’étude du Droit ; j’y travaille avec un extrême dégoût et ça m’ôte tout cœur et tout esprit pour le reste. »
Flaubert, correspondance