Guérir le sida ?

Doctors who carried out a stem cell transplant on an HIV-infected man with leukaemia in 2007 say they now believe the man to have been cured of HIV infection as a result of the treatment, which introduced stem cells which happened to be resistant to HIV infection.

The man received bone marrow from a donor who had natural resistance to HIV infection; this was due to a genetic profile which led to the CCR5 co-receptor being absent from his cells. The most common variety of HIV uses CCR5 as its ‘docking station’, attaching to it in order to enter and infect CD4 cells, and people with this mutation are almost completely protected against infection.

The case was first reported at the 2008 Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections in Boston, and Berlin doctors subsequently published a detailed case history in the New England Journal of Medicine in February 2009.

They have now published a follow-up report in the journal Blood, arguing that based on the results of extensive tests, “It is reasonable to conclude that cure of HIV infection has been achieved in this patient.”

Stem cell transplant has cured HIV infection in ‘Berlin patient’, say doctors, by Keith Alcorn

Une première mondiale, extraordinaire à bien des égards, mais prometteuse pour la recherche des vingt prochaines années. Les recherches génétiques sont sur le point de produire des avancées spectaculaires.

Via Rubin

Le plan Marshall pour la Wallonie, version 2.vert

Sa structure vient d’être annoncée par le gouvernement wallon. Son nom extrêmement tarte donne envie de remplir le réservoir de sa Jeep Willys de graisse de panda liquéfiée et de se chausser avec des bébés phoques. Il ambitionne de relancer l’économie de la région wallonne et d’orienter son développement vers l’écologie. Mais quelles vont être les applications de ce programme ? Je vais en donner une illustration en vous parlant un peu de mon travail.

Jeep 1942

Mon boulot consiste entre autres à chercher des sources de financement pour de nouveaux projets de recherche. Dans cet objectif, je scrute les appels à projets des financeurs (presque exclusivement publics) comme les programmes de la Commission européenne ou bien ceux de la Région wallonne. Un nouvel appel vient d’être lancé dans le cadre de ce plan Marshall qui s’appelle Wist3 et qui a pour thème « les technologies de l’information au service de l’économie wallonne et du développement durable. » Tout un programme.

Je vous résume brièvement les caractéristiques attendues des projets :

  • Il s’agit exclusivement de recherche appliquée. En gros, la région finance une part de la recherche & développement des entreprises. De ce fait, la faisabilité et la rentabilité des projets devra être motivée. Ce n’est pas un problème pour moi qui travaille dans l’ingénierie logicielle. Nous recherchons tous les jours des partenaires industriels pour tester nos idées ou les aider à améliorer leur technique. Dans mon domaine, le transfert technologique est non seulement souhaitable mais recherché. Malheureusement il n’y aura pas un sou pour la recherche fondamentale. Les innovations les plus radicales et donc potentiellement les plus rentables ne viendront pas de ce programme.
  • Le focus est mis sur le développement durable. C’est un souci légitime et je suis convaincu que l’écologie n’est pas incompatible avec le développement économique. Néanmoins, on risque aussi de perdre beaucoup d’énergie à essayer de tout repeindre en vert, au détriment parfois de la qualité des projets. Dans le domaine des technologies de l’information et de la communication, le problème du développement durable est au mieux un détail, au pire une appeau à gogos.
  • L’informatique n’est qu’un support pour la compétitivité des entreprises des secteurs traditionnels. C’est probablement l’aspect le plus choquant. Visiblement, certains ne peuvent concevoir l’informatique comme un nouveau secteur industriel (qui lui se porte très bien, merci) mais simplement comme la petite dactylo des ateliers de mécanique ou des centres de logistique. C’est dommage, l’économie du numérique en est encore au far west. Les nouveaux services à forte valeur ajoutée restent à inventer. Ce n’est pas cet appel qui y contribuera.