Le futur du journalisme (avec des blagues)

Reading the news in France

Reading the news in France. Photograph by Maynard Owen Williams, National Geographic

Le monde est de plus en plus complexe, interconnecté. Ses mutations sont de plus en plus rapides. Pour le comprendre, je veux lire une presse de qualité. D’ailleurs je ne suis pas le seul, tout le monde jure qu’il veut la même chose, avant de retourner liker des vidéos de chaton sur facebook ou la dernière connerie d’une candidate de télé réalité. Afin d’éviter le bouillon maigre et tiède de la presse traditionnelle subventionnée, d’une part, et le vomi répugnant du buzz d’autre part, je me suis aperçu que j’avais de plus en plus tendance à payer pour lire des contenus de qualité : Arrêt sur images, Wired, The Economist, The Magazine… Si j’additionne les quelques pièces que me coûtent chaque abonnement à des contenus journalistiques et/ou convenablement édités, j’atteins aisément 200€ par an. J’ai la chance de pouvoir me le permettre.

Sans les avoir vraiment décidés a priori, plusieurs critères ont présidé à ma sélection de contenus. Tous ces abonnements sont : 1) numériques, 2) bien réalisés et adaptés au support, 3) peu chers tous les mois, 4) avec peu ou pas de publicité, et 5) dotés d’une voix singulière. Certains médias issus de publications traditionnelles et auxquels je suis abonné ont encore recours à la publicité. Néanmoins, je privilégie les médias sans pub qui ne vivent que des abonnements et de leur propre contenu (édition, événements, partenariats).

Le problème avec la presse quotidienne ou magazine traditionnelle, c’est qu’elle répond mal à ces critères. D’abord, elle n’est pas seulement numérique mais empêtrée dans les modes de production classiques du papier. Comme cette production immobilise énormément de capital, coûte très cher et perd de l’argent, le numérique est relégué au second rôle. Par manque d’investissement ou par volonté de contrôler toute la chaîne de valeur, qu’il faut maintenant partager avec Apple, Google et les autres, le résultat est souvent une application ou un site peu ergonomique.

La presse traditionnelle, à cause d’une structure de coûts héritée du papier, n’a pas les moyens d’investir ni la rentabilité suffisante pour prendre des risques. Les abonnements sont donc vendus très cher, souvent groupés dans un abonnement full option, dans l’espoir de capter un plus gros chiffre d’affaires. Comme elle dépend beaucoup de la publicité, elle se retrouve en ciseau car la publicité dans la presse papier est en train de disparaître et les revenus du numérique ne compensent pas cette baisse. Si l’information devient libre et gratuite, alors elle devient un objet de marketing.

Contrairement à la publicité qui fait du lecteur un consommateur passif, l’abonnement incite le lecteur à lire et à s’intéresser au modèle d’affaires, qui garantit la pérennité et l’indépendance du médium auquel il est abonné. Les contraintes financières et la chasse aux annonceurs obligent à faire des compromis sur la qualité et la singularité du ton. En se libérant de la pub, de nouvelles structures éditoriales indépendantes, financées par leurs lecteurs, peuvent émerger et prendre des risques.

Pour se libérer des contraintes de la presse classique, Paul Carr s’est lancé dans un projet éditorial ambitieux : NSFW Corp. Leur slogan est « le futur du journalisme (avec des blagues) ». C’est sans doute très prétentieux mais si vous connaissez la personnalité de Carr, vous ne serez pas surpris. NSFW Corp. est une start-up indépendante basée à Las Vegas, qui édite un site web d’articles et d’enquêtes, uniquement réservé à ses abonnés. Chaque abonné peut aussi « débloquer » et partager 10 articles par mois. Les abonnés ont également accès à la newsroom, sorte de liste de diffusion interne où la rédaction échange ses notes. La rédaction anime également un podcast d’une heure en direct tous les matins.

Le projet est intéressant par plusieurs aspects. D’abord, les auteurs ont été choisis pour leur plume et leur style. Je dois avouer que c’est un plaisir de relire la clique de The Exile. Ce sont des vétérans. Ensuite, ils sont très bien payés et ont les moyens d’enquêter. Les articles sur le site sont longs, parfois découpés en feuilleton. Le journal a également une opinion marquée à gauche (au sens américain du terme), un peu anar. J’aime assez. Dernière innovation : ils viennent de lancer une édition mensuelle sur papier. Ils ont de l’ambition, des moyens et la volonté de tout réinventer. Et de se marrer en le faisant.

Fuite de données personnelles, la SNCB reconnait son erreur

A la fin de l’année 2012, un internaute attentif avait trouvé par hasard sur un serveur web de SNCB Europe un fichier contenant les données personnelles de 1,5 millions de clients. Après enquête de la Commission de la protection de la vie privée, la SNCB vient d’envoyer un courrier à tous les internautes concernés. L’entreprise reconnait la faute et jure qu’on ne l’y reprendra plus, et ajoute :

« En ce qui concerne les éventuelles demandes d’indemnisation, la SNCB appliquera les obligations légales en vigueur. En ce cas, il appartient à une personne qui demande réparation […] de démontrer ce dommage, ainsi que la faute commise par la SNCB et le lien de causalité entre cette faute et le dommage subi. »

En ce qui concerne la faute, la preuve est déjà établie… grâce à ce courrier.

Des étudiants profitent du système pour réussir un examen

La mésaventure de Peter Fröhlich, professeur à l’université Johns Hopkins à Baltimore, est assez savoureuse. Pour l’examen final de son cours d’introduction à l’informatique, il a été obligé de donner à tous ses étudiants la meilleure note. Son système de notation, en vigueur depuis des années, était le suivant : à l’examen final, tous les étudiants sont classés par ordre décroissant et le premier obtient automatiquement un A, c’est-à-dire 100%. Toutes les autres notes sont donc en rapport avec le meilleur résultat de la session. Ce système de notation permet de récompenser les meilleurs et de comparer facilement les étudiants.

Malheureusement, dans la théorie des jeux, ce système de notation possède deux équilibres. Le premier équilibre est le plus stable, le plus simple et celui auquel le professeur et les étudiants s’attendent : tous les étudiants prennent part à l’examen et plus l’étudiant est bon, plus il a intérêt à participer. Le deuxième équilibre, instable, est plus difficile à prévoir : tous les étudiants refusent de participer à l’examen et sont évalués à 0. Cette note devient donc la meilleure de la session et tous les étudiants reçoivent un A. Cet équilibre est instable car tous les étudiants doivent refuser de passer l’examen et être certains que tous les autres étudiants refusent aussi.

C’est ce qui s’est produit lors du dernier examen de décembre. Les étudiants se sont organisés pour boycotter l’examen. Le professeur, beau joueur, leur a tous donné la note A. Il a décidé de changer de système de notation.

Via Gaming the System, par Catherine Rampell

Comment lancer un magazine (et gagner de l'argent)

“Last fall, Marco Arment launched a general interest magazine. It’s called, aptly enough, The Magazine. Writers are paid $800 per article. There are no ads. Until recently, it was available only via iPhones and iPads. Astonishingly, it’s already turning a profit.”

How To Start A Magazine (And Make A Profit), by Jacob Goldstein

The Magazine est un bimensuel. Il a acquis en cinq mois 25.000 abonnés, qui payent tous les mois 2$. Le chiffre d’affaire mensuel est de 35.000$ et chaque édition nécessite environ 10.000$. Ces coûts incluent le rédacteur en chef, les illustrateurs et photographes. Les auteurs sont payés 800$ pour 1500 mots. Rentable. Sans subvention.

Via John Moltz.

[addendum] « Pas de circuit de diffusion coûteux et peu efficace à gérer, un prix bas, l’habitude de faire un journal pour ses lecteurs et non pour les journalistes et surtout, un oeil posé non stop sur l’audience. » Un quotidien national qui cartonne sur le papier en 2013 ? Si, c’est possible ! par Erwann Gaucher

Cabotage scientifique par gros temps

Dans le débat sur l’ouverture du mariage civil aux personnes de même sexe qui a lieu en France, il faut reconnaitre que les catholiques conservateurs sont de valeureux adversaires. Minorité en voie d’extinction, ils sont à l’avant-garde de la bataille, servant commodément d’épouvantails, de supplétifs ou d’armée de réserve. Ils ont soulevé de nombreux arguments contre cette ouverture, certains de bonne foi. L’affaire était pourtant assez mal engagée. Il semblait difficile de rallier un nombre important de Français autour d’une défense ringarde du patriarcat. L’opposition a donc déployé beaucoup d’ingéniosité pour éviter de parler du fond du problème : l’égalité en droit des homosexuels.

L’une de ces ficelles les plus habiles, c’est la défense des enfants. L’évocation de bambins en danger est un moyen efficace pour recevoir de l’attention et se donner le beau rôle. Malheureusement, il ne suffit pas d’en appeler au secours de l’enfance, la larme à l’œil, pour gagner un argument. Il faut prouver que les enfants sont effectivement en danger. On quitte là le doux rivage du Droit pour les mers déchainées de la Science. C’est mon domaine.

Appareillez la barque et montez donc à bord avec moi dans l’article de Koz. N’ayez crainte, ce n’est pas très profond. L’auteur commence par une touchante évocation de son fils : « Il se contente de célébrer un état de fait. La situation dont il bénéficie, celle qu’il voit autour de lui. »

Le lecteur se félicitera de savoir que ce jeune enfant reconnait son papa et sa maman. Avec cet échantillon scientifique peu représentatif, disons que nos pieds font trempette sans même mouiller l’ourlet du pantalon. L’auteur, bien conscient de l’impact limité de cet argument, se fait fort de démontrer qu’avoir un père et une mère, c’est effectivement bon pour un enfant : « On nous demande de démontrer ce que l’on n’a jamais imaginé contestable, de justifier que ce serait réellement bon pour l’enfant, que cela lui serait nécessaire, qu’il bénéficierait de cette altérité, de cette complémentarité. »

Malheureusement, sur les flots impétueux de la Science, rien n’est incontestable et tout doit être démontré. Juché sur la hune, vous pouvez crier aux étoiles que la Terre est plate. Elles n’en ont cure. S’en suit donc un argument d’autorité : « La complémentarité du père et de la mère n’est ni une lubie, ni un lieu commun, ni une convention sociale, ni une habitude, et pas davantage une modalité d’éducation alternative. Non, c’est une réalité constatée et éprouvée. »

Le lecteur se demandera par qui et dans quel contexte cette réalité intangible pluri-millénaire a-t-elle été constatée. Probablement pas chez les Na du Yunnan. Heureusement, l’auteur a trouvé des vrais scientifiques avec des vraies publications pour appuyer sa thèse. Par exemple, des chercheurs indiquent que : « les interactions mère-enfant ne sont pas équivalentes aux interactions père-enfant. »

Cette assertion est appuyée sur une série d’études publiées, puis l’idée est développée par l’auteur. Nous sommes au milieu de la mare : le fait qu’un père joue avec son enfant aura une influence sur l’attachement de ce dernier. La qualité de cet attachement aura une influence sur la sociabilité de l’enfant puis de l’adulte. L’attachement d’un nourrisson est plus fort envers sa mère, qui le nourrit, que son père. On rame, on approche enfin. Il n’y a que trois nœuds de fond mais on navigue !

Koz nous régale avec de nombreuses études sur la dynamique binaire entre père et mère, leur complémentarité et son caractère épanouissant : « père et mère n’apportent pas les mêmes ressources à leur enfant, et de fait, représentent tous deux des figures d’attachement importantes. »

Serions-nous arrivés en pleine mer ? L’auteur a-t-il finalement démontré que les couples homosexuels sont dangereux pour les enfants ? Hélas non. La mare est bien trop petite. Si l’auteur a démontré que dans les couples hétérosexuels, les rôles du père et de la mère sont différenciés et complémentaires, il a fait la lourde erreur de tirer de ces observations une conclusion naturaliste voire finaliste : « cette complémentarité du père et de la mère correspond aux besoins de l’enfant. » Comme la gouttière correspond à la pluie ou le chat à la souris ?

Se pourrait-il que d’autres constructions sociales permettent d’élever des enfants épanouis ? A-t-on comparé l’efficacité de ces constructions alternatives dans les couples homosexuels qui élèvent des enfants ? Comment se construit la dynamique affective dans ce cas là ? Koz n’en dit rien, il a abandonné le navire : « il s’agit là de l’observation d’une réalité, pas de quelque idéologie avide de faire correspondre la société à une hypothèse préétablie, de remodeler l’homme et la femme selon quelques théories du genre. »

Patatras, nous retournons sur le rivage, à peine mouillés mais un peu nauséeux.

Bicyclette 2.0, application iPhone et iPad pour les vélos en libre service à Bruxelles et Namur

Si comme moi vous prenez souvent les transports en commun, une nouvelle application pour les vélos en libre service pourrait vous intéresser. Bicyclette est une application iOS gratuite pour iPhone et iPad qui permet de trouver rapidement un vélo en libre service. La première version ne fonctionnait que pour les Vélib à Paris. La version 2.0 qui est en bêta-test proposera plus de 50 villes en France et dans le monde, dont les Villo à Bruxelles et Li bia vélo à Namur.

L’application est très simple. Elle utilise la géolocalisation pour vous indiquer sur une carte les stations de vélo à proximité, les vélos restant et les places libres pour vous garer. Si vous avez des stations préférées, vous les mettez simplement en favori. L’application va alors définir une geofence (barrière virtuelle). Quand vous approchez d’une station favorite, Bicyclette vous notifie des vélos et des places disponibles automatiquement. Efficace, non ?

IMG_0590

 

Nicolas cherche des testeurs pour son application, c’est l’occasion de lui demander pourquoi et comment il l’a conçue :

— Ça fait combien de temps que tu développes Bicyclette ?

— Au total, j’ai bien dû y passer 3 ou 4 mois de travail. En fait, j’avais fait la toute première version en une soirée [fin 2010], parce que j’en avais besoin et que l’application Vélib officielle était vraiment nulle. A l’époque Cyclocity/JCDecaux, le prestataire pour Vélib, interdisait toute réutilisation de ses données et faisait retirer de l’App Store les applications tierces. Mais depuis l’été dernier, en raison des discussions autour de l’open data, il a été décidé d’un « moratoire sur les retraits ». J’ai vu apparaitre un paquet d’applications de qualité variable, et je me suis décidé à sortir la mienne.

— Pourquoi l’open source ? Tu as un business model, comme disent les étudiants d’école de commerce ?

— Le projet était open source par nécessité, à l’origine. Je ne pouvais pas le publier [sur l’App Store] de toute façon. Espérer gagner de l’argent en mettant à disposition des données déjà accessibles un peu partout dans des applis tierces, et récupérées de façon plus ou moins officielle, ce n’est pas un vrai business plan. Je fais ça avant tout pour le plaisir. D’un autre côté, comme je suis freelance, ça me ramène quelques clients. Il y a aussi un système de dons (In-App Purchase) dans l’application, environ 1 personne sur 100 donne quelque chose.

— Bicyclette 2.0 s’étend à 50 villes. Comment récupères-tu toutes ces données ?

— C’est un casse-tête ! Il faut que je fasse une note de blog là dessus. La première source, ce sont les projets open source comme le mien. J’ai aussi analysé les sites web ou le trafic réseau des applications. En fait, sur toutes les villes et les réseaux, il y en a 5 ou 6 qui ont une vraie politique open data, par exemple Rennes et Bordeaux. J’ai essayé d’entrer en contact avec les responsables de chaque réseau : la plupart du temps, je n’ai pas eu de réponse ou seulement « j’ai fait suivre aux personnes compétentes ». La plupart de ceux qui se sont donné la peine de répondre m’ont dit en substance : « euh, faites comme vous voulez ». En général, ils ne voyaient pas franchement ce que je voulais faire, alors leur parler d’open data…

— Tu as traduit ton application ? Tu vises la domination mondiale ? Tout cela n’est qu’un affreux complot ?

L’application est traduite en français et en anglais (le site viendra). Les gens de Nextbike, le plus gros réseau allemand, m’ont fait une super surprise et m’ont carrément envoyé les traductions de l’application sans que je leur demande !

— Quelles sont les prochaines étapes après le lancement de la version 2 ?

— Comme je le disais, je fais ça pour le plaisir. D’un autre côté, c’est bon pour mon business. Et puis, je ne suis pas un intégriste de l’open data, mais si ça peut faire avancer la réflexion, c’est aussi bien.

Toutes les données de Bicyclette sont accessibles.

La version 1 de Bicyclette est disponible sur l’App Store.

Enregistrez vous pour participer au bêta test de la version 2. Si vous êtes néerlandophone, n’hésitez pas à aider Nicolas pour la traduction.

Suivez Nicolas sur twitter.