Les conseils de Tata #1 – Thalys TheCard

Régulièrement, Tata viendra nous parler consommation, mode et beauté. Aujourd’hui, elle découvre la nouvelle carte Thalys pour voyager entre Paris et Bruxelles.

Thalys TheCard

TheCard de Thalys remplace avantageusement la carte Cybelys utilisée jusqu’à présent pour fidéliser les parisiens qui aiment la bière et les bruxellois qui aiment les macarons. Ce qui ne change pas (et c’est très bien comme ça), ce sont tous les petits services associés à la carte : l’accès aux salons d’attente, un numéro de téléphone spécifique pour acheter ou modifier un billet, les informations trafic et le voyage ticketless. Plus besoin de s’encombrer d’un billet papier (sooo vingtième siècle), Tata a de la place pour une capote de plus dans son sac à main.

Parmi les nouveautés, TheCard propose maintenant des miles à chaque trajet : 1 euro dépensé = 1 mile. À partir de 800 miles, Tata pourra acheter des billets et voyager gratuitement. C’est ses copines qui vont être contentes. Il y a également trois types de carte : Silver, Gold et Platinum, pour les voyageurs très fréquents. Tata étant une pauvresse, elle a la carte Silver, ce qui lui suffit amplement. C’est son banquier qui va être content.

Il y a également plein de petits avantages avec les partenaires de Thalys (hôtels Accor, taxis, concerts, expositions, etc.) mais Tata est un peu pressée, elle vous laisse découvrir tout ça. Elle a déjà loupé la gay pride, elle ne va quand même pas louper les soldes à Paris, non ?

Liens délicieux du 07/07/09

Petite liste de liens délicieux et récents :

Visite éclair au BetaGroup #11

Après m’être longuement perdu dans le campus du Solbosch, j’ai finalement atterri dans l’auditoire Chavanne pour écouter les deux dernières présentations. Pascal a fait un très bon résumé du BetaGroup sur BelgoIT, je vais juste donner mes impressions :

  • Radionomy me rappelle furieusement la blague de xkcd sur la synthèse vocale des commentaires YouTube. L’intérêt est donc énorme, on va enfin se rendre compte de l’inanité de ce qu’on écrit sur twitter et facebook. Merci.
  • Percussa, on dirait le nouveau nabaztag. Un truc de niche qui sombrera bien vite dans l’oubli.
  • Razwar m’a rappelé l’époque des startups 1.0. Pas sûr que ça rencontre un succès autre que d’estime.
  • Cherry est une très chouette techno qui se fera évidemment génocider par nos amis les opérateurs mobiles pour préserver leur rente de situation. Les investisseurs peuvent espérer se faire acheter/enterrer. Aux collaborateurs, je conseille de commencer à chercher du boulot…
  • Karzoo fait du co-voiturage et Nearyoo de la géolocalisation. Moi je vois une synergie. Deux services sympas qui ne gagneront probablement jamais assez d’argent pour durer.

Sinon, on a parlé web et bu de la bière. Une bonne soirée, donc…

Pour finir, on signalera que plus d’infos sur les membres et les activités sont disponibles sur le site du BetaGroup, les vidéos des présentations sont chez RTBF Labs et que le test des rasoirs Razwar (mouarf) a été réalisé au péril de son épiderme par somebaudy.

EDIT – P.S. : je ne sais pas comment j’ai fait pour ne pas lui sauter dessus. Je m’assagis avec les années… :-p

La république des blogueurs

Un blogueur guadeloupéen a été arrêté et retenu pendant une heure par la gendarmerie vendredi dernier, durant la visite de Nicolas Sarkozy. Il a semble-t-il fait l’objet d’un contrôle d’identité un peu particulier. En effet, un inspecteur en civil, probablement des RG ou de la DST, l’a longuement questionné sur ses opinions politiques et ses motivations. Sur un ton fort civil, heureusement.

J’entends déjà les cris outragés des esprits vigilants nous dire que la démocratie n’est plus, que Pétain est de retour ! Si ces exclamations sont exagérées, l’inquiétude qu’elles révèlent n’est pas sans fondement. Retenir aussi longtemps quelqu’un pour un contrôle d’identité, c’est assez sûrement déraisonnable et à la limite de la légalité. Il n’empêche que la situation en Guadeloupe est particulièrement explosive. Les manifestations sont très violentes et le maintien de la sécurité est une tâche ingrate, compliquée et très dangereuse. Pas étonnant, donc, que les services de l’État fassent tout pour éviter l’agitation.

Mais la phrase qui m’a le plus surpris, on la trouve en conclusion (le gras est de moi) : « quand l’intérêt d’un individu, fusse-t’il le président, justifie que la police viole les droits des citoyens, quand l’arbitraire supplante le droit, on peut se poser des questions sur la santé de notre démocratie. » Je trouve cette dernière phrase étrangement déséquilibrée. Les 1500 gendarmes déployés là-bas pour l’occasion ne l’étaient pas uniquement dans l’intérêt d’un homme, qui jusqu’à preuve du contraire a été démocratiquement élu. En revanche, si des droits ont été bafoués (c’est le cas), c’est ceux d’un seul homme, dans le but de prévenir des débordements et de préserver l’intérêt du plus grand nombre. Je ne veux pas justifier par là une quelconque atteinte au droits fondamentaux de quiconque, je constate simplement une asymétrie toute partisane dans cette simple phrase.