Archives du mot-clé web

6276228302_86ce416315_z

J’ai survécu au Startup Weekend Brussels

Ce weekend, j’ai participé au Startup Weekend Brussels organisé par Ramon, Leo et Gilbert au BetaGroup Coworking. Le principe de l’événement est simple : rassembler des porteurs de projets, des geeks, des marketeux, des designers et des curieux pendant une cinquantaine d’heures pour travailler. L’objectif est de présenter le dimanche soir une startup, une idée validée ou un premier prototype, à un jury d’experts. En chemin, chaque équipe aura appris, échangé, créé des liens et développé des compétences entrepreneuriales, avec l’aide de mentors.

IMG_6941

J’ai eu le plaisir de faire partie de l’équipe Cloud App Finder, un annuaire d’applications dans le cloud qui fournit des analyses et des conseils d’experts pour bien choisir en fonction de vos besoins, que vous soyez un particulier, un indépendant, une petite structure ou une entreprise moyenne. L’idée a été proposée par Florent et l’équipe était constituée de Pascal, Mehdi et Muriel. Le projet a obtenu le prix du “Most Promising Business”. Il faut souligner la contribution de nos mentors, en particulier Xavier Corman, Loïc Bar et Thibaud Elziere. (j’en oublie)

J’ai beaucoup apprécié l’expérience et j’espère que je pourrai participer encore plus activement à la prochaine édition. Je conseille aux passionnés de la création, quel que soit leur domaine, de rejoindre le mouvement. En tant que chercheur et universitaire, j’ai aussi trouvé l’exercice très rafraichissant. Je vais inviter mes collègues à “sortir du building” et aller à la rencontre de la communauté des startups pour prendre le pouls de l’industrie. Après tout, quand on prétend faire du génie logiciel, c’est la moindre des choses. Et puis c’est très amusant.

P.S. : Un lecteur attentif et exigeant (un bon lecteur, donc) me fait remarquer que mon article est très premier degré. J’assume. Je ne peux pas tout le temps faire rigololer les gens. Il s’agissait de mettre en lumière cet événement original et intéressant pour tous les professionnels de l’informatique. Comme je suis chercheur en informatique, vous comprendrez que ça m’intéresse. Comme je suis en train de monter une entreprise pour valoriser les travaux de mon laboratoire, vous comprendrez que ça m’intéresse doublement.

Il ne s’agit pas d’un “miroir aux alouettes”. C’est même rigoureusement l’inverse. Bien sûr, le monde des startups a tendance à pratiquer la pensée positive, parfois jusqu’à l’absurde. En l’occurrence, les mentors et le jury avaient pour objectif de “faire atterrir” les participants. Sur 11 équipes au départ, 9 ont survécu et une bonne moitié a fortement transformé l’idée initiale (parfois dans la douleur). Enfin, cela reste aussi un jeu. Un jeu sérieux mais un jeu tout de même. Les idées se ramassent à la pelle, c’est l’exécution qui est difficile.

IMG_0002

L’avenir de la presse en ligne belge francophone

Le café numérique du mercredi 26 mai a rassemblé la fine fleur de la presse web francophone belge : Yves Thiran (rtbf.be), Philippe Laloux (lesoir.be), Ralph Vankrinkelveldt (dh.be), Jean-Jacques Deleeuw (RTL), Philippe Siuberski (AFP) et Fabrice Lambert (BFM Today). Le débat portait sur l’avenir de la presse en ligne. Ce que j’en ai retiré, en vrac :

  • La presse belge se porte plutôt relativement mieux que la presse française. Cela tient à une structure économique assez différente et à une habitude de consommation de la presse sans doute plus forte en Belgique. La presse belge francophone ne touche pas de presque aucune subventions (voir EDIT infra). Les télévisions privées sont chichement dédommagées depuis l’apparition de la pub sur les chaînes publiques.
  • La RTBF a servi de piñata géante, il ne manquait qu’un orchestre de mariachis. En effet, en tant que radio et télévision publique, elle touche une manne substantielle. La presse belge a donc déclaré la guerre au site web d’information de la RTBF.
  • La réflexion sur l’avenir du métier est assez peu avancée : dix ans de retard sur les États-Unis, deux ans de retard sur la France. En particulier, la réflexion sur les différences fondamentales entre le journalisme « traditionnel » et le journalisme web semble être au niveau zéro. On a pas entendu parler de data journalism, de gonzo journalism, de personal branding pour les journalistes, de lol journalism, etc.
  • La réflexion sur les modèles économiques ne va pas beaucoup plus loin. On remarquera que le site du Soir vient d’atteindre le break even. Pour le reste, la plupart de ces messieurs croient toujours qu’ils pourront proposer des abonnements. J’ai bien peur que pour la presse généraliste, ce soit impossible.
  • Enfin, un big up à Fabrice Lambert qui a eu le culot de lancer BFM Today, un vrai magazine 100% web. Certes, l’aventure s’est terminée récemment mais l’échec est toujours la condition du succès. Je lui souhaite bon vent.

EDIT: Voir aussi « Quel avenir pour la presse online » – Débat à deux balles (dans le pied) par brasjul

En ce qui concerne les subsides à la presse, l’aide totale se monte à presque 7 millions.

La maison web : charpente et peinture

Vendredi et samedi se tenait le WIF Belgium, la manche belge du Webdesign International Festival, organisée par l’agence web namuroise Dogstudio. Durant deux jours, on pouvait assister gratuitement à une série de conférences et ateliers. Mais surtout, durant la Webjam, des équipes belges s’affrontaient pendant 24 heures pour créer un site web. L’épreuve consistait à imaginer le nouveau portail belgium.be. Les vainqueurs gagnent un voyage à Limoges pour la finale. On ne fera pas de blague sur Limoges, c’est pas si pire.

Après quelques abandons pour des causes diverses (fatigue, bière, jeux en réseau), cinq prix ont été attribués. Le prix du jury revient à l’équipe Lost Boys, qui propose de reconstruire la Belgique avec beaucoup d’humour. Le prix des étudiants revient à l’équipe Leser de l’HEAJ, qui démontre de belles qualités techniques. Le deuxième prix revient à l’équipe EPIC, pour leur idée d’application iPhone en réalité augmentée qui, si elle suit la tendance, est très bien réalisée. Enfin, le premier prix revient à l’équipe Pfaff Staff pour leur interprétation très drôle et décalée du sujet, puisqu’ils vous proposent de vous offrir un belge à vos mesures (la livraison en 24 heures est possible). La qualité graphique est remarquable et fourmille de bonnes idées.

Bigger Than Pixels

On soulignera la performance des copains de Bigger Than Pixels (@gregone@exibit et @mychacra ici en photo1). Vous pouvez suivre leurs aventures sur leur tumblr. Ils ont interprété le sujet de manière beaucoup plus classique, mais aussi beaucoup plus intéressante, à mon avis. En effet, un tweet de Roald Sieberath, serial entrepreneur belge bien connu, m’a inspiré la rédaction de ce billet :

Web in Belgium: les charpentiers à Bruxelles (#fosdem) et les décorateurs à Namur (#wifbelgium).

Si le parallèle entre le FOSDEM, le forum international des geeks purs et durs, et le WIF est amusant, l’analogie avec la construction est limitée. Une maison, ce n’est pas qu’une charpente et de la peinture. Je ne voudrais pas faire mon chieur (juste un peu) et je félicite sincèrement tous les candidats et les lauréats pour leur superbe travail et Dogstudio pour l’organisation. On remarquera quand même que les lauréats du WIF, s’ils ont réalisé avec talent de très belles décorations, n’ont pas jugé utile de s’intéresser au plan de la maison, à l’inverse de Bigger Than Pixels (par exemple). Il me semblait que le design, c’était la forme et la fonction.

P.S. : la liste des participants et leurs projets sont par là, jetez-y un coup d’œil. :-)

  1. Photo de paperjam / CC BY 2.0 []